You are currently viewing <H1>Maison PMR : une accessibilité actuelle et future</H1>
Maison PMR : une accessibilité actuelle et future

Maison PMR : une accessibilité actuelle et future

Égalité des droits, égalité des chances, accessibilité, inclusion, insertion professionnelle… les personnes handicapées sont au cœur des priorités depuis quelques années. En 2023, le service statistique des ministères sociaux recensait 14,1% de la population française (15 ans et plus) en situation de handicap. Soit plus de 7 millions de personnes.
Ainsi, pour faciliter l’accès aux travailleurs handicapés, de nombreuses entreprises ont respecté les normes PMR. Mais qu’en est-il des habitations ? Doivent-elles aussi répondre aux normes d’accessibilité des personnes à mobilité réduite ?

Qu’est-ce qu’une maison PMR ?

Une maison individuelle pour personnes à mobilité réduite (maison PMR) est une maison qui atteste d’une conformité aux normes d’accessibilité en vigueur.
Son objectif tient en quelques mots : confort, épanouissement et autonomie de la personne handicapée. Pour les familles, cela permet notamment d’éviter les foyers d’hébergement pour adultes handicapés (ou enfants handicapés).
Construites de plain-pied ou non, ces maisons PMR permettront à la personne avec un handicap visuel, physique ou auditif de circuler librement dans un cadre sécurisé. Mais également de réaliser ses tâches quotidiennes (repas, toilette, etc.) en toute autonomie.

Faut-il alors prévoir son utilité future ?

Lorsque l’on prépare les plans de sa maison neuve, on prévoit d’y vivre sur le long terme. Anticiper l’avenir et la possibilité d’accueillir des adultes en situation de handicap devient alors primordial. Et cela pour trois raisons :
Une réduction soudaine et temporaire de la mobilité : nombre de personnes peuvent être à tout âge concernées par le handicap ;
Préparer les vieux jours ;
Investissement locatif : si la maison est (ou sera) destinée à la location, il est obligatoire qu’elle puisse être accessible à chaque personne présentant un handicap.
Ainsi, mieux vaut ne pas attendre un de ces trois facteurs et faire construire sa maison de plain-pied accessible PMR. Vous pourrez ainsi bénéficier d’un lieu de vie adapté à votre handicap mais également adapté aux personnes handicapées qui pourraient y séjourner.

Les aides à la construction d’une maison PMR

Mais pour cela, un coût est évidemment à prévoir. S’il peut rapidement devenir conséquent, notamment avec la construction en plain-pied, il peut également être amoindri par :
des aides d’Action Logement ;
des aides de l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH) ;
des aides fiscales (crédit d’impôt, TVA réduite…)
En cas de doute, vous pouvez toujours solliciter la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) de votre département. Elle saura vous renseigner sur les différentes aides au handicap.

Quelles sont les normes PMR à respecter ?

Lorsque l’on souhaite construire un bâtiment d’habitation neuf, il est judicieux de se renseigner sur les réglementations PMR.

Que dit la loi ?

D’après la loi handicap du 11 février 2005, représente un handicap toute limitation ou restriction de participation à la vie en société.
On considère plusieurs types de handicap : handicap physique, handicap mental, handicap cognitif ou psychique. Certaines personnes peuvent également être touchées par de multiples handicaps.
Dans le cadre des habitations, seuls les bâtiments d’habitation collectif et les maisons individuelles construites pour être louées, mises à disposition ou vendues, sont soumises à des règles d’accessibilité.
De plus, selon l’article R162-2 du code de la construction et de l’habitation (CCH), un bâtiment d’habitation collectif est considéré comme accessible aux personnes handicapées si :
ces dernières peuvent se repérer, circuler librement, accéder aux locaux et utiliser les équipements avec la plus grande autonomie possible ;
les conditions d’accès présentent au moins une qualité d’usage similaire à celle des autres publics.
En revanche, selon l’article R162-5 du CCH, les maisons individuelles qui servent au propriétaire ne sont pas soumises à l’obligation d’accessibilité.
À noter que l’on différencie deux types de logements : accessible et adapté. Un logement accessible va respecter les obligations du CCH et s’adapter à toute personne souffrant de handicap. En revanche, un logement adapté va uniquement prendre en compte le handicap de l’occupant et ne s’adaptera pas aux besoins spécifiques d’une tierce-personne vivant avec un handicap.

Les normes de construction intérieures d’une maison PMR

Vous souhaitez vérifier que le plan de votre maison PMR 2 chambres est conforme aux normes ? Voici les quelques aménagements PMR à respecter.
Une maison PMR qui répond aux normes d’accessibilité doit avoir :
Un espace de manœuvre d’1,5 m dans chaque pièce afin que des personnes en fauteuil roulant puissent manœuvrer sans problème ;
Une largeur de couloir et de porte de 90 cm ;
Une hauteur de poignée entre 90 et 130 cm, et une position à plus de 40 cm d’un obstacle (préférez les portes coulissantes) ;
Une hauteur des interrupteurs similaire à celle des poignées des portes ;
Une hauteur des prises de courant entre 40 cm et 1,30 m ;
Une hauteur d’assise pour les WC handicapé à environ 50 cm du sol, avec une barre de maintien à environ 70 ou 80 cm du sol ;
Un espace douche qui mesure au minimum 1,20m*0,90m et dispose d’un volume d’une hauteur de 1,80 m ou plus.

Les normes de construction extérieures d’une maison PMR

Si les normes d’accessibilité intérieures de votre maison pour PMR sont indispensables, elles ne sont pas les seules à prendre en compte. L’espace extérieur doit également répondre à trois obligations légales :
La surface du sol : pour qu’une personne souffrant de handicaps puisse circuler librement, elle doit être plane, antidérapante et aménager afin de ne comporter aucun obstacle ;
La largeur de l’allée d’entrée : un minimum de 3,3 m est nécessaire pour laisser entrer une voiture et permettre à une personne en chaise roulante de manœuvrer ;
L’aire de stationnement : à moins de 30 m de l’habitation, elle doit respecter les mêmes règles que la surface du sol ;
Partant du portail de votre maison PMR, jusqu’à la porte d’entrée, une signalétique destinée aux malvoyants doit également être installée.
Notez également qu’une attestation de conformité aux normes PMR doit être fournie à votre constructeur par un contrôleur technique ou un architecte.
Ainsi, comme la mise en accessibilité de locaux pour un travailleur handicapé, la construction d’une maison PMR est indispensable aux personnes en situation de handicap (aveugles, malvoyantes, sourds, …).
Elle permet aux personnes porteuses de handicap de mieux appréhender leur environnement, de faciliter leur vie autonome et, surtout, de leur permettre un épanouissement au sein de leur foyer.
Alors, n’attendez plus et préparez le plan de votre maison PMR 3 chambres !

Laisser un commentaire